Historique du RIPPH

Plus de 30 ans d’histoire

Le Réseau international sur le Processus de production du handicap (RIPPH), organisme sans but lucratif québécois, a été fondé en 1986 sous le nom de Comité québécois sur la Classification internationale des déficiences, incapacités et handicaps (CQCIDIH).

Trois militants du mouvement de promotion des droits des personnes ayant des incapacités sont à l’origine du CQCIDIH : Maryke Muller, Mario Bolduc et Patrick Fougeyrollas. Ces derniers désiraient mettre en place un organisme qui valoriserait la prise en compte des facteurs environnementaux comme producteurs de situations d’exclusion sociale pour les personnes différentes dans leurs corps et fonctionnalités.

En 1988, La Société canadienne pour la CIDIH (SCCIDIH) fut fondée. La SCCIDIH est
un organisme de bienfaisance qui a la même mission que le CQCIDIH, mais opère sous une charte canadienne. Le RIPPH (anciennement appelé le CQCIDIH) est l’administrateur de la SCCIDIH.

À partir de 1988, des travaux de recherche dirigés par Patrick Fougeyrollas ont débuté au CQCIDIH (ancien nom du RIPPH). À l’hiver 1989, la première phase des travaux permettait de publier une recension d’écrits sur le sujet, une proposition d’une nouvelle définition du concept de handicap accompagnée d’une nomenclature des habitudes de vie. Pour la première fois, la dimension des facteurs environnementaux était introduite dans un modèle conceptuel illustrant la relation d’interaction entre les déficiences, les incapacités et les obstacles environnementaux et définissant les situations de handicap comme le résultat de cette interaction

À partir de cette même année, des travaux de recherche dirigés par Patrick Fougeyrollas ont débuté au CQCIDIH (Fougeyrollas, 1988). Une première proposition d’une nouvelle définition du concept de handicap accompagnée d’une nomenclature des habitudes de vie fut publiée à l’hiver 1989. Quelques années plus tard, soit en 1998, le Modèle de développement humain – Processus de production du handicap (MDH-PPH) vit le jour. Pour la première fois, la dimension des facteurs environnementaux était introduite dans un modèle conceptuel illustrant la relation d’interaction entre les déficiences, les incapacités et les obstacles environnementaux et définissant les situations de handicap comme le résultat de cette interaction.

Entre-temps, en 1997, le CQCIDIH est devenu le RIPPH. Ce changement dans la dénomination de l’organisme se voulait un début de réorientation des activités du CQCIDIH à la suite de la fin imminente des travaux de révision de la CIDIH. Toujours préoccupé par les questions terminologiques, le RIPPH demeure centré sur les définitions conceptuelles avec, depuis 2001, une orientation dans ses actions axées principalement sur la défense des droits des personnes ayant des incapacités.

En 2010 paraissait l’ouvrage « La funambule, le fil et la toile : Transformations réciproques du sens du handicap » de M. Patrick Fougeyrollas. L’auteur y propose le MDH-PPH 2, une version améliorée du schéma conceptuel du PPH de 1998.